Claudine et Félix ont choisi de se marier dans l’un des plus beaux lieux de Montréal, le parc Jean-Drapeau et son Jardin des Floralies.

Il s’agit d’un endroit très prisé de la part des futurs mariés et y réserver un samedi doit se faire plusieurs mois d’avance, voire un an plus tôt. Futés et organisés comme ils le sont, ils ont saisi l’occasion de se marier le dimanche du long week-end des Patriotes au mois de mai.

Bon, ça me fait deux mariages en deux jours. Disons que je prends cela comme une double dose de bonheur.

Claudine m’avait demandé de capturer les moments de sa préparation chez son amie Catherine Laniel, une maquilleuse professionnelle. Si pour elle c’est un honneur d’être dorlotée par l’une de ses meilleures amies, pour moi c’était un grand plaisir d’être présent avec eux et d’avoir été accueilli chez elle comme un ami.

J’ai grandement profité de la lumière naturelle qui pénétrait par les grandes fenêtres pour capturer les alliances, le faire-part, la robe et, bien sûr, la future. L’extérieur offrait aussi plusieurs possibilités pour prendre des photos avec la famille.

La cérémonie avait lieu dans les Jardins du Québec. Un superbe endroit gazonné longeant le fleuve St-Laurent bordé au bout par un gigantesque saule qui surplombe là où était installé l’autel.

Comme à chaque mariage, j’avais engagé une seconde photographe. Elyzabeth Gagnon est une jeune bourrée de talent qui a un œil sachant capturer les moments précieux. C’est elle qui d’ailleurs avait la responsabilité de capturer le moment où Félix allait voir sa promise pour la première fois. Une des belles photos de cette journée.

Comme je le fais avant chaque mariage, le repérage que j’avais effectué quelques semaines auparavant a porté fruit. Ce saule, je savais que je voulais le voir dans la photo, car il allait raconter l’une des multiples histoires de cette journée. La photo de Claudine et Félix écoutant le célébrant alors qu’ils sont légèrement voilés par le saule. Moi j’aime.

Encore une fois, comme cela a été le cas pour le mariage de Maryse et Jean-François, l’objectif 70-200 attaché au Nikon D600 m’a permis de capturer de loin des moments intimes de l’échange des alliances et, surtout, du premier baiser.

Une dernière note à propos de ce saule : que penser de cette photo des nouveaux mariés descendants l’allée avec, en arrière-plan, encore ce majestueux saule.

Par la suite, la photo de groupe, puis retour vers la salle Toundra où avais lieu le cocktail et le souper.

C’est là, au Jardin du Canada, que nous avons pris les photos plus formelles de la famille. Le site regorge d’endroits. Elyzabeth, a pu capturer les moments plus candides, plus spontanés, alors que les gens ne s’y attendaient pas. Comme lors du mariage de Maryse et Jean-François, une seconde photographe s’est encore une fois avérée tellement précieuse.

Après ces portraits de famille, nous sommes allez plus loin dans le Jardin du Canada, vers un pont que j’avais identifié lors du repérage. J’avoue qu’il s’agit ici d’un de mes moments préférés lors de la photographie de mariage. C’est ici que le photographe peut « s’exprimer » un peu plus. Non, je ne me considère pas un artiste (je laisse ça à d’autres) même si c’est ici que l’on retrouve certaines des photos les plus travaillées.

J’aurais aimé avoir plus de temps, mais la pluie est venue mêler les cartes. Cela ne nous a pas empêchés de réaliser quelques bons clichés. Par exemple, il y a toujours le classique « baiser sur le pont », ou le « ils se regardent ». Ma femme m’avait suggéré une photo des mariés en flous en arrière-plan avec, au-devant, le bouquet bien focalisé.

La soirée s’est terminée beaucoup plus tard. J’ai pu capturer plusieurs moments précieux dont la mariée avec son père, le marié avec sa mère, la première danse et quelques autres moments captés sur le vif.

Je me compte chanceux et privilégié que l’on m’est accordé l’honneur de capturer ces moments de bonheur qui marqueront la vie de Claudine et Félix. Je suis heureux qu’ils aient choisi ce site qui, je sais, les représente si bien. Ces deux Franco-canadiens qui ont choisi le Québec comme terre d’accueil ont décidé d’unir leurs vies dans le Jardin du Québec et de faire la fête dans le magnifique ancien Pavillon du Canada. Un bien joli mariage canadien sur les terres du Québec.